Historique

Partout dans le monde, le Seigneur est en train d’encourager son Église à s’engager pleinement dans la prière individuelle, mais aussi collective. Cela nous parle de la restauration de l’autel qui précède et accompagne l’onction de Néhémie, qui consiste à bâtir dans un monde en ruine ! Un peu partout des «maisons de prières», ou «maisons des parfums» voient le jour. C’est un des signes majeurs que Dieu prépare quelque chose de grand, à l’échelle planétaire.

Ces étapes de préparation et de croissance sont visibles dans le temps, par exemple :

  • C’est lorsque David mit en place le Tabernacle et la louange permanente qu’Israël vécut une croissance territoriale forte. Ceci faisant suite aux écoles prophétiques établies sous l’impulsion de Samuel, dans lesquelles les psalmistes étaient à l’œuvre.
  • Avant et après la Pentecôte, les disciples priaient corporativement.
  • En Irlande, à Bangor, Comgall établit un centre qui resplendit dans tout le monde connu du Moyen-Age. Le rayonnement missionnaire fut immense et perdura.
  • De là, partirent bien des moines irlandais, et entre autre, Colomban. Ils ouvrirent beaucoup de centres de prière et de louange. L’impact sur la vie locale fut extraordinaire. Par exemple Colomban établit Iona en Irlande mais aussi Bobbio en Italie, et bien d’autres monastères encore.
  • Au 18ème siècle, à Hernnhut, sous l’impulsion du comte Zizendorf, les frères Moraves établirent une maison de prière qui officia sans arrêt durant 100 ans. C’est là aussi que naquit et vécut un mouvement missionnaire de très grande envergure.
  • Pour un historique plus détaillé voir les liens au chapitre 6

A l’Église Josué, nous avons été sensibles à cet appel et depuis plusieurs années, il y a eu une présence de prière à différents moments de la semaine ainsi que mensuellement des tabernacles de louange, d’adoration et d’intercession. Mais nous avons senti qu’il fallait entrer dans une nouvelle période de mobilisation, de croissance et d’ouverture.

Ainsi cette étape s’inscrit dans la continuité des chemins tracés il y déjà des années. Tout d’abord, par un couple encore inconnu alors, qui de 1986 à 1986, passa pendant plus de 6 mois environ 4 heures par jours à louer Dieu, cherchant Sa face et célébrant son Nom. Peut-être est-ce là, que tout commença, dans le modeste foyer de Luc et Manuela Bussière.

Puis, lors de la dernière décennie, c’est au travers des tabernacles que ce manifesta ce désir d’élever un autel permanent de louange, d’adoration et de prières. Ces dernières années, des sessions étaient proposées dans la semaine par la Famille Leigh, amplifiée par Rusty et Janet Richards depuis leurs séjours réguliers, rejoint entre autre durant un temps par Emilie Pierre-Elien et d’autres encore.

Ainsi, pendant des années la Tente de la Rencontre a fonctionné de manière assez discrète, dans une forme plus individuelle. Cela a commencé par des temps ponctuels, puis des créneaux de plus en plus réguliers avec des moments d’intenses activités.

La vision était en germe, en devenir et elle continuait à prendre racine et à croître.

Cela a été aussi confirmé par Vincent Pascazio à son retour d’Hawaï, c’était sur ce point qu’il a mis la plus grande emphase. Cela a continué avec toujours plus de régularité, plus de force au cours des dernières années.

Au cours de l’été 2012, Dieu parla au cœur de Manuela Bussière. La maison de prière devait prendre son envol. Obéissant à cette direction divine, elle quitta des activités chères dans lesquelles elle était impliquée depuis des années pour se consacrer davantage à cette œuvre. Avec cette mise à part, une nouvelle impulsion plus solennelle, plus impérative était donnée.

Parallèlement la famille Pascazio déménageait à Guebwiller et devenait un des rouages de ce projet.

C’est ainsi que début Novembre 2012 deux journées furent mises à part avec toute une équipe dans l’appartement de la famille Pascazio pour vivre des temps d’intimité, des temps de louanges, de prières, d’intercession de créativité, de partages et de joies. Nous avons commencé à vivre la maison de prière de façon plus corporative.

C’est suite à ce temps que le nom Tente de la Rencontre a été donnée.

Puis fin décembre 2012, c’est dans le Caveau qu’eut lieu un autre événement similaire où, bien plus de membres de l’Église Josué, purent se joindre et vivre ces temps de rencontre. Communion, profondeur, et intimité étaient au rendez-vous.

Luc Bussière, dans son message du 30 décembre 2012 « le rythme de la prière », établissait un peu plus la maison de prière et réaffirmait que cette action était une directive claire et impérieuse du Saint-Esprit à laquelle on obéissait.

Un premier dépliant, réalisé par Luc Bussière, vit le jour en février 2013. Alors commença un travail de réflexions, d’analyse, de recherche pour structurer et communiquer de manière plus officielle. Mais ce n’était pas encore la naissance, même si on commençait à l’entrevoir.

Parallèlement la famille Tendon, partie de Suisse de la ville de Neuchâtel pour passer deux années dans une des premières maisons de prière à IHOP Kansas City, emménageait dans la région fin mai 2013. Ceci, aussi pour s’investir dans cette vision, dans cette construction. Début juillet 2013 Eric et Emmanuelle purent donner un message invitant chacun à venir vivre des temps dans la Tente de la Rencontre.

Durant l’été 2013 la maison de prière s’installa sur un autre niveau : un fonctionnement encore plus intense et régulier fut vécu tout en gardant une grande diversité d’horaires et de fonctionnements.

08 septembre 2013 : Inauguration officielle :

Au cours du culte du 08 septembre 2013 le message était apporté par la famille Tendon, encore une fois autour du thème de la Tente de la Rencontre.

Le comité Asaph, qui avait été désigné par les Anciens en juin de cette année, est installé ainsi que tous les veilleurs. Au cours du culte, on proclama la déclaration officielle d’ouverture de la maison de prière, la Tente de la Rencontre, en présence de toute l’Eglise. Ce fut la naissance officielle.


TDR aux réseaux sociaux